Missions

Le Cercle des Épargnants est une association indépendante qui compte plus de 470 000 adhérents ayant notamment souscrit des produits d’épargne retraite auprès de Generali. Le Cercle des Epargnants est un centre de réflexion qui étudie les évolutions en matière d’épargne et de retraite et analyse les besoins et les attentes des Français sur ces sujets désormais au coeur de nos sociétés. Il partage ses travaux en vue d’une meilleure information de ses adhérents et développe des relations institutionnelles avec ses partenaires.

Véritable think tank à la pointe du débat, le Cercle des Epargnants présidé par Valérie Plagnol publie études, dossiers et donne la parole aux experts et acteurs de ces problématiques.
Nourri de ces travaux, le Cercle des Epargnants représente et agit dans l’intérêt de l’ensemble de ses adhérents auprès de l’assureur Generali. L’association est un gage de sécurité pour les épargnants, de transparence de l’information mais aussi d’indépendance.

Issu de l’AGAP créée en 1950, le Cercle des Epargnants est l’association souscriptrice la plus ancienne en France, elle met à profit son expérience et ses ressources pour veiller aux intérêts de ses 430 000 adhérents dans la conception et la gestion des solutions qu’elle propose, dans ses relations institutionnelles avec les pouvoirs publics et pour analyser de manière constructive les enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Le mot de la présidente

Le mot de la présidente

Valérie Plagnol

Le temps des comptes…

L’automne qui arrive est teinté cette année de couleurs particulières. Le rouge de l’urgence sanitaire semble revenir sur le devant de la scène, alors que le nombre de cas contaminés recommence à augmenter fortement en France et en Europe. Le vert sur les marchés qui ont connu une séquence quasi- ininterrompue de hausse depuis avril dernier. Au total, le gris de l’incertitude domine.
La rentrée devrait voir confirmer lors de la présentation du projet de loi de finance 2021, les principales orientations du plan de relance 2021-2022. Celles-ci se déclinent autour de trois grands axes : la compétitivité, le changement climatique, la cohésion sociale. Les principales mesures qui y sont attachées visent, d’une part la baisse des impôts de production des entreprises, d’autre part, le soutien à la rénovation et enfin l’amélioration thermique, l’aide à l’emploi des jeunes.
Comme l’explique Laurence Boone, cheffe Economiste de l’OCDE, dans l’interview qu’elle a accordée au Cercle des Epargnants et visible sur notre newsletter de septembre, les perspectives d’activité restent néanmoins particulièrement incertaines. Retenons que la pandémie n’est pas encore vaincue et que le monde n’est pas immunisé. Ceci veut dire que d’importants secteurs d’activité vont rester sous-employés. Les mobilités sont particulièrement impactées. De plus, toutes les grandes zones économiques du monde se trouvent fortement corrélées. Enfin la montée des tensions commerciales pourrait peser sur la reprise du commerce mondial.
De telles incertitudes plombent encore le moral des ménages et des entreprises et poussent à l’attentisme. C’est dans ce contexte que l’épargne accumulée par les ménages durant le confinement, tarde à se réemployer, et constitue un matelas de précaution qu’il convient, non pas de convoiter, mais de préserver pour des jours meilleurs.