Missions

Le Cercle des Épargnants est une association indépendante qui compte plus de 470 000 adhérents ayant notamment souscrit des produits d’épargne retraite auprès de Generali. Le Cercle des Epargnants est un centre de réflexion qui étudie les évolutions en matière d’épargne et de retraite et analyse les besoins et les attentes des Français sur ces sujets désormais au coeur de nos sociétés. Il partage ses travaux en vue d’une meilleure information de ses adhérents et développe des relations institutionnelles avec ses partenaires.

Véritable think tank à la pointe du débat, le Cercle des Epargnants présidé par Valérie Plagnol publie études, dossiers et donne la parole aux experts et acteurs de ces problématiques.
Nourri de ces travaux, le Cercle des Epargnants représente et agit dans l’intérêt de l’ensemble de ses adhérents auprès de l’assureur Generali. L’association est un gage de sécurité pour les épargnants, de transparence de l’information mais aussi d’indépendance.

Issu de l’AGAP créée en 1950, le Cercle des Epargnants est l’association souscriptrice la plus ancienne en France, elle met à profit son expérience et ses ressources pour veiller aux intérêts de ses 430 000 adhérents dans la conception et la gestion des solutions qu’elle propose, dans ses relations institutionnelles avec les pouvoirs publics et pour analyser de manière constructive les enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Le mot de la présidente

Le mot de la présidente

Valérie Plagnol

Sauver Noël

Cet automne, la résurgence de la pandémie de la Covid-19 a été particulièrement forte en Europe. En France, les contaminations sont montées en flèche, suivies d’une forte augmentation des urgences en réanimation et des décès. La plupart des pays européens ont donc repris le chemin d’un confinement, sous des formes en général moins sévères que celles prises au cours du mois de mars.

Un confinement qui permettrait de refaire baisser la contagion et la pression sur les systèmes hospitaliers, sauverait certainement les fêtes de fin d’année, période cruciale tant sur le plan commercial que personnel et familial. Les premiers indicateurs de suivi de l’activité en temps réel, montrent que la baisse de l’activité est bien moins prononcée qu’au printemps. C’est certainement un risque, c’est aussi un espoir de voir l’économie de notre pays moins durement touchée.
Il est rassurant, par exemple, de constater que beaucoup de commerces de centre-ville s’organisent et s’adaptent à ces nouvelles contraintes, en recourant plus largement au « click and collect », soutenus en cela par des plateformes de ventes en ligne, mais aussi par leurs clients de proximité. Le précédent confinement a eu pour effet une accélération de l’adoption par la « génération X » et par les baby-boomers, d’internet pour leurs achats en ligne.

Il n’empêche, le ralentissement et même la nouvelle mise sous cloche de certains secteurs aura des conséquences sévères. L’interview que Denis Ferrand, Directeur Général de Rexecode, a accordé au Cercle des Epargnants dans notre newsletter, rend compte de cette situation et nous offre quelques perspectives.

A l’étranger, le début du mois de novembre a été marqué par le suspense électoral américain. Le Président Biden désormais désigné ne prendra ses fonctions que le 20 janvier prochain. Il a d’ores et déjà annoncé la mise en place d’une « task force » pour faire face à la pandémie, dont les contagions reprennent un rythme galopant.
La nouvelle administration trouvera de dures réalités : ralentissement de la conjoncture, pandémie, tensions commerciales.
Dans ce contexte, les principales banques centrales maintiennent leurs politiques monétaires accommodantes, appelant même les gouvernements à poursuivre leurs efforts budgétaires de soutien des secteurs d’activité les plus touchés. Aussi, les taux d’intérêt restent-t-ils au plus bas, tandis que les ménages, toujours contraints et frileux, accumulent de l’épargne, quand ils le peuvent.

Pour ceux-là, nous disons que la période est propice à revoir ses portefeuilles et penser aux arbitrages possibles et notamment à la constitution ou au renforcement de son épargne-retraite. La Loi Pacte a ouvert de nouvelles possibilités de constitution et de mise à disposition de cette épargne.
C’est le moment d’examiner ces opportunités et de rééquilibrer son épargne, entre plusieurs supports et niveaux de risque, en considérant notamment des placements de plus long terme. De même, peut-on repenser ses allocations de portefeuille et les possibilités de transformation de certains contrats. A suivre auprès de votre conseiller.