Missions

Le Cercle des Épargnants est une association indépendante qui compte plus de 430 000 adhérents ayant notamment souscrit des produits d’épargne retraite auprès de Generali. Le Cercle des Epargnants est un centre de réflexion qui étudie les évolutions en matière d’épargne et de retraite et analyse les besoins et les attentes des Français sur ces sujets désormais au coeur de nos sociétés. Il partage ses travaux en vue d’une meilleure information de ses adhérents et développe des relations institutionnelles avec ses partenaires.

Véritable think tank à la pointe du débat, le Cercle des Epargnants présidé par Valérie Plagnol publie études, dossiers et donne la parole aux experts et acteurs de ces problématiques.
Nourri de ces travaux, le Cercle des Epargnants représente et défend les intérêts de l’ensemble de ses adhérents auprès de l’assureur Generali. L’association est un gage de sécurité pour les épargnants, de transparence de l’information mais aussi d’indépendance.

Issu de l’AGAP créée en 1950, le Cercle des Epargnants est l’association souscriptrice la plus ancienne en France, elle met à profit son expérience et ses ressources pour veiller aux intérêts de ses 430 000 adhérents dans la conception et la gestion des solutions qu’elle propose, dans ses relations institutionnelles avec les pouvoirs publics et pour analyser de manière constructive les enjeux d’aujourd’hui et de demain.

Le mot de la présidente

Le mot de la présidente

Valérie Plagnol

De la reprise à la relance

Le déconfinement s’accélère tandis que le nombre de décès diminue. S’il nous est désormais possible de profiter des beaux jours, on ne peut tout à fait oublier que l’impact économique de cette « mise sous cloche » du pays, sera sévère. La France comme le reste du monde reste néanmoins sous la menace d’une nouvelle vague pandémique, toujours possible tant qu’un vaccin ou un remède n’est pas au point. L’arrêt de l’activité durant le confinement a durement pesé sur l’économie et les conséquences vont se faire sentir encore dans les mois qui viennent. La France souffre particulièrement de l’effondrement du tourisme et des activités qui lui sont liées. Malgré le rebond attendu, l’économie pourrait se contracter de près de 10% cette année. Elle ne retrouverait son niveau de 2019 qu’en 2022. L’augmentation de la dette publique serait de l’ordre de 20% du PIB cette année, ce qui la porterait à 120%, du fait de la baisse des recettes fiscales et des dépenses supplémentaires décidées par le gouvernement. Après les plans d’endiguement, il va falloir passer à la relance. Celle-ci se veut verte et solidaire. Elle s’articulera autour d’un plan européen proposé par la Commission et que les Etats membres pourraient adopter prochainement. La période de confinement a été propice à l’accumulation d’une épargne importante. Les Français auront-ils assez confiance en l’avenir pour y puiser les ressources propres à relancer la demande ?