L’Astuce

Jean-Noël Barrot : «L’Epargne Retraite pourrait être mieux utilisée pour financer des secteurs clefs pour notre économie de demain»

par | Mar 8, 2022 | Actualités, Entretiens, Points de Vue

Economiste, député (Modem) de la deuxième circonscription des Yvelines depuis juin 2017, Vice-Président de la commission des Finances de l’Assemblée Nationale.

Vous étiez rapporteur du volet financier de la loi Pacte, qui a donné naissance en 2019 au PER. Qu’est ce qui, à l’époque, vous avait conduit à proposer la création de ce produit ? 
Il fallait clairement améliorer et simplifier le paysage pour l’épargnant, confronté à une offre de produits d’épargne très fractionnée, ayant des caractéristiques très différentes. De plus, l’autorité des marchés financiers nous disait que quand on interrogeait les Français sur leurs choix en matière d’épargne ils disaient regretter de ne pas pouvoir investir davantage pour leur retraite. C’est ce qui nous a conduit à créer un produit qui reprenait les meilleures caractéristiques des produits existants alors : la sortie en capital (qui était permise par le PERCO mais pas par le PERP) ou encore l’avantage fiscal à l’entrée qui n’était pas possible pour le PERCO, mais pour les autres produits. 

Quelles étaient les autres caractéristiques qui vous semblaient importantes à donner au PER ?
Le deuxième principe qui nous a guidé était la volonté de rendre plus fluide les produits d’épargne retraite en permettant aux Français d’avoir un produit qui puisse les suivre tout au long de leur vie professionnelle, notamment pour ceux – de plus en plus nombreux – qui passeraient du statut de salarié à celui d’indépendant. Il fallait qu’un produit abondé par leur entreprise pendant qu’ils étaient salariés, puisse ensuite être abondé directement par eux, tout au long de leur vie. Enfin, nous souhaitions recréer un peu de concurrence sur le marché de l’épargne retraite, au profit des épargnants, en mettant au même niveau les assureurs et les gestionnaires.

Le PER a connu un très grand succès, dès le départ


Quel bilan peut-on tirer du PER, deux ans et demi après sa création ? 
Le PER a connu un très grand succès, dès le départ. Dans les classements des produits préférés des Français, il dépasse ou fait jeu égal avec l’Assurance-vie, alors même qu’il est beaucoup plus récent. C’est un vrai succès populaire, qui n’est pas près de se démentir car il existe encore un très fort potentiel de transformation. Nous avions beaucoup étudié le PERCO dont l’avantage fiscal à la sortie était surtout plus avantageux pour les salariés peu imposables. Or, grâce à la loi de Finance nous avons permis à chacun de s’adapter en fonction de sa propre situation : l’épargnant a le choix entre déduire ses versements de son revenu imposable, mais subir une fiscalité plus forte lors de la sortie, ou alors ne pas déduire ces versements afin de bénéficier d’une fiscalité plus légère. De mon point de vue il n’y a donc plus aucun obstacle fiscal à la transformation des anciens produits d’épargne retraite en PER. Si tous les Français ne l’ont pas encore fait c’est donc plutôt par manque d’information. Ce qui laisse penser que le mouvement va s’amplifier. 

D’autres améliorations sont-elles possibles ? 
Je reste très attentif à toutes les évolutions possibles. Le CSSF (Comité Consultatif du Secteur Financier) a par exemple récemment pointé les nombreux frais inhérents au PER. Il faudrait regarder ce sujet. Autre piste : maintenant que nous avons créé un produit qui a trouvé son public, nous pourrions nous demander comment cette épargne retraite pourrait être mieux utilisée pour financer des secteurs clefs pour notre économie de demain, notamment le digital ou la décarbonisation. La loi Pacte avait ainsi rendu obligatoire que les contrats d’Assurance-Vie détiennent au moins une Unité de Compte dans des investissements responsables et solidaires. Depuis la crise du COVID une épargne importante s’est accumulée, nous avons là une bonne opportunité de l’utiliser pour financer la croissance de demain et le PER peut tout à fait y contribuer également. 

Quel est l’enseignement le plus marquant du 20ème baromètre du Cercle des Epargnants réalisé avec IPSOS en février 2020 ? 
Le PER s’installe durablement aux côtés de l’assurance vie comme le produit préféré des français pour la préparation de la retraite, et sa connaissance par les épargnants progresse nettement, même s’il demeure des marges de progression.

Jean-Noël Barrot
M