L’Astuce

Evolution du sentiment des Français à l’égard de la réforme des retraites

par | Juil 9, 2019 | Actualités

Rappel : le Baromètre du Cercle des Epargnants de mars 2019 montre que les Français sont plus inquiets (83%) pour le système de retraite que pour leur propre retraite (71%). Et la retraite est devenue en 2019 le premier risque à financer, prenant la place de l’assurance maladie. A cette aune, la dépendance prend de l’importance (passant de 28 à 35% parmi les priorités). Le report de l’âge de départ à la retraite n’a la faveur que de 28% des répondants, mais seulement 29% envisagent de poursuivre une activité professionnelle.

Début mars 2019, 2/3 des Français avaient entendu parler de la réforme des retraites, mais seulement 49% chez les moins de 35 ans. 92% de ceux qui avaient entendu parler de la réforme, connaissaient le projet d’uniformisation du système de retraite et 88% le projet de système universel à points. Deux mesures plutôt appréciées, car considérées respectivement comme une bonne chose par 77% et 63% des répondants. L’âge-pivot, lui, ne recueillaient déjà que 53% d’opinions favorable.

Les trois sondages en séquence d’Elabe permettent d’observer l’évolution de l’opinion au cours du premier semestre 2019, riche en rebondissements médiatiques au sujet de la réforme des retraites. Ainsi, le sondage paru en janvier montre que les deux tiers des Français étaient alors favorables à la création d’un système universel à points. Proportion tombant à 27% dans le sondage publié début juillet. Aucune catégorie sociale n’est désormais majoritairement favorable à cette réforme. Cette défiance est récente : l’opinion favorable aux deux tiers était encore intacte lors du sondage paru début avril, peu après le Baromètre du Cercle des Epargnants, qui le confirmait également.

Le sondage Elabe de début juillet recueille désormais les inconvénients de la réforme identifiés par les Français : une durée d’activité plus longue (74%) et la diminution du montant des pensions (74% également). Opinion confirmée par le Baromètre du Cercle des Epargnants paru trois mois plus tôt où déjà 64% des Français étaient hostiles à l’augmentation de l’âge de départ à la retraite et 85% à la diminution des pensions. Le sondage Elabe indique que désormais seuls 4% des Français estiment la réforme prévue sans inconvénient.

Cette évolution s’explique par l’importance des informations, souvent officieuses, voire contradictoires sur le possible contenu de la réforme ont été diffusées alors que celle-ci, répétons-le, n’est pas encore officiellement connue. Cela crée du flou : en janvier 71% des Français, pensaient que la réforme entraînerait une simplification du suivi de ses cotisations de retraite tout au long de sa carrière. En juillet, ils ne sont plus que 29%.

Désormais aucun avantage possible de la réforme ne recueille plus d’avis majoritairement positif. Par exemple, on pourrait imaginer que des mesures considérées comme sévères apportent au moins la préservation de l’équilibre financier : mais désormais seul un tiers des Français est de cet avis.

Il est probablement grand temps que le rapport Delevoye soit dévoilé, mais il n’est pas certain que cela suffise à lever toutes les incertitudes sur les implications de la réforme. Les premières réactions des partenaires sociaux influent aussi certainement sur les réticences du public.

M