L’Astuce

Le système de retraite français vu de l’étranger

par | Déc 29, 2015 | Les études

L’Organisation de Coopération et de Développement Économiques (OCDE) vient de présenter son traditionnel panorama des pensions. Un travail très fourni qui a pour but d’étudier les systèmes de retraite des pays membres. Ce dernier est très instructif, il permet de livrer toute une série d’informations sur les caractéristiques du système de retraite français, son évolution, de le comparer à nos voisins.
Les réformes successives
L’OCDE salue les réformes menées ces dernières années et leurs effets. Selon l’institution elles « ont limité le déséquilibre financier du système ». Elle ne manque cependant pas de critiques. Si les réformes vont dans le bon sens, leur répétition engendre une incertitude et pénalise ainsi le système et la confiance qu’on lui porte. Avec 14% du PIB, les dépenses publiques de retraite sont élevées. L’organisation doute également des prévisions économiques aujourd’hui utilisées, jugées « optimistes », ces dernières ne permettent pas d’apprécier réellement la situation à long terme. Elle pense que de nouvelles mesures seront à terme nécessaires, cette fois-ci dans le but de réduire les dépenses.
Record de période passée à la retraite
Si réformes il y a, il reste beaucoup à faire. L’organisation épingle la durée moyenne passée en retraite en France. Les Français sont les membres de l’OCDE qui ont la plus longue période en retraite, de loin, avec en moyenne 5 années de plus que les autres ! Avec les 35h, il s’agit ici d’un véritable marqueur. Les Français se situent au niveau notamment de pays tels que la Grèce. Elle trouve deux explications à ce phénomène, en fonction du sexe. Les Françaises ont une espérance de vie élevée, et nous pouvons nous en féliciter. Les Français ont effectué des sorties « précoces » du marché du travail, ce qui plait moins.
Un système toujours solidaire
L’une des caractéristiques du système français est sa dimension sociale, solidaire. Il semble que cette philosophie perdure. L’organisation énumère les dispositifs qui permettent de valider des trimestres pendant les interruptions de carrière. Comme la majoration de durée d’assurance pour enfants (MDA) qui fait partie de la panoplie des instruments de la politique familiale française, les dispositions propres aux personnes en situation de chômage, ou encore l’assurance vieillesse des parents au foyer (AVPF). Des dispositifs qui permettent de limiter très fortement l’impact d’une interruption de carrière sur le montant des pensions.
En plus des mesures qui permettent de compenser des carrières interrompues, l’OCDE met en avant le minimum contributif (22% du salaire moyen contre 26% en moyenne) et l’Allocation de Solidarité aux Personnes Agées (ASPA, 26% du salaire moyen contre 22% en moyenne) qui, nous la citons : « constituent un filet de protection efficace pour lutter contre la pauvreté et limiter les inégalités de revenus ». Elle n’hésite pas à faire le lien entre le faible taux de pauvreté des retraités français et les dispositifs présents. Pour rappel, le taux de pauvreté en France chez les retraités est de 8 %, contre 14,2 % pour l’ensemble de la population.
L’OCDE préconise deux solutions majeures pour améliorer notre système de retraite. Tout d’abord accroître le nombre de séniors en activité. Ce que l’allongement de la durée de cotisation et recul de l’âge minimum de départ en retraite vont permettre d’améliorer. Mais l’organisation ajoute qu’il est également nécessaire d’intervenir sur le marché du travail lui-même par le biais de normes sociales. Elle prône ensuite la convergence des régimes pour aboutir à la mise en place d’un régime universel, ce qui aurait un impact non négligeable en termes d’amélioration de la gestion du système. Le dit système qui est pointé du doigt pour son caractère « atomisé », qui a pour conséquence de cumuler des problèmes d’inégalités et des problèmes de coûts. Quand on se remémore le climat houleux qui a accompagné les dernières réformes, on peut se dire que c’est plus facile à dire qu’à faire…
 

M