L’Astuce

L'aide aux plus proches orientée vers les jeunes et les plus de 75 ans

par | Mai 7, 2014 | Actualités

Qu’elle soit financière, matérielle ou morale l’aide reçue  par une personne ou un ménage entre dans la détermination de ses conditions de vie au même titre que ses ressources propres. Or, d’après une étude que vient de publier l’INSEE 89 %  des personnes de 16 ans et plus ont eu la possibilité de mobiliser l’aide de leurs proches en 2011.
 
Une sollicitation plus aisée dans les milieux les plus favorisés mais plus fréquente en milieux modestes
Cette étude qui confirme en outre que la mixité sociale n’est qu’un mythe qui relève davantage de l’exception dans les faits, met par ailleurs en évidence que les rapprochements familles / amis se font le plus souvent au sein d’un même milieu social et qu’à ce titre, assez logiquement, c’est davantage parmi les milieux les plus favorisés que les sollicitations sont le plus facile.  Ainsi d’après l’INSEE 93 % des personnes les plus aisées, c’est-à-dire qui appartiennent au cinquième quintile de niveau de vie, peuvent compter sur l’aide de leurs proches, contre seulement 85 % des plus modestes.
Pour autant, les auteurs de l’études établissent une distinction entre la possibilité de mobiliser l’aide de ses proches et le recours effectif à cette aide. Comparativement aux 89 % cités précédemment ils ne seraient que 40 % à déclarer avoir reçu une forme d’aide au cours des 12 derniers mois précédant l’enquête.
Les aides référencées dans l’enquête INSEE prennent d’abord la forme d’un soutien moral (35% des cas) puis d’aide matérielle (11% des cas). Le soutien financier n’arrive qu’après avec 10 % des cas.
Quand 35% des plus aisés déclarent avoir sollicité l’aide de leur proches au cours de l’année précédant l’enquête , ils sont 67% parmi les plus modestes.  Dans le détail, 18 des ménages les plus modestes ont bénéficié d’une aide financière contre 5 % des ménages les plus aisés. Le rapport est de 41 % contre 28% pour l’aide morale. Les aides vont d’abord vers vers les étudiants, les apprentis et les chômeurs.
Des aides orientées vers les jeunes d’abord puis vers nos anciens
Si dans les milieux aisés la possibilité d’être aidé varie peu en fonction de l’âge des bénéficiaires, il en est autrement dans les milieux modestes.  Ce sont les moins de 30 ans qui reçoivent le plus souvent le soutien de leurs proches (54 % contre 37 % pour les personnes de 30 ans et plus).
Entre 30 et 75 ans la part des bénéficiaires se réduit et remonte au delà de 75 ans.  Elle atteint 39 % à 75 ans quand elle est de 29 %  entre 60 et 74 ans.
Hors soutien moral, il y a peu de différences hommes/femmes 
48 % des femmes reçoivent une aide morale contre 28 % des hommes. Pour le reste les aides financières et matérielles sont assez semblables du fait que ces aides sont souvent apportés à l’ensemble du ménage.
 
Lire l’étude de l’INSEE

M