L’Astuce

François Hollande : annonces en matière économique

par | Jan 14, 2014 | Actualités

Lors de sa conférence de presse, très attendue, tenue aujourd’hui, le chef de l’Etat a tenu un discours très social-démocrate et a notamment annoncé certains souhaits concernant les entreprises, l’emploi et l’économie :
–  La suppression des cotisations patronales qui financent les allocations familiales d’ici 2017. Cela représente 5,4 % du salaire, et rapporte chaque année 35 milliards d’euros à l’Etat, somme qui serait financée par une baisse des dépenses publiques
Une clarification et une baisse des taxes pour les entreprises«Donner de la visibilité aux entreprises. Nous fixerons un horizon – 2017 – avec une trajectoire de prélèvements obligatoires pour les entreprisesMon objectif est aussi une diminution de taxes – qui parfois coûtent plus cher à recouvrer que ce qu’elles rapportent. Un premier axe sera posé pour 2015. »
nécessitant des contreparties en avec des « objectifs chiffrés d’embauche, de travail des jeunes ou des seniors, la formation les salaires, et la modernisation du dialogue social. Un observatoire sera mis en place et le parlement y sera associé. » « Un document formalisera les engagements et les modalités de suivi des contreparties. Le gouvernement engagera sa responsabilité devant l’Assemblée sur ce texte, une loi sera votée à l’automne. »
Le chef de l’Etat annonce la recherche d’une harmonisation des « règles fiscales, notamment pour les entreprises, entre la France et l’Allemagne » ainsi qu’une réduction des normes – vers une plus grande simplification.
– Le Gouvernement présentera un document engageant sa responsabilité devant l’Assemblée nationale formalisant les engagements du pacte de responsabilité proposé aux entreprises.
– Un effort de responsabilisation qui touche aussi la Sécurité Sociale en pointant la fraude qui coûterait 600 millions d’euros par an
Chômage des jeunes et service civique : 50.000 emplois d’avenir seront « ajoutés » en 2014 . Le Président a ajouté : 

Une prestation très « à la Schroeder », avec ce discours assez pro-entreprises, leur demandant en échange de créer des emplois.

M