L’Astuce

A quoi ressemble l’épargnant moderne ?

par | Déc 2, 2013 | Actualités

L’épargnant ressemble à un sapin de Noël illuminé à moins que cela soit à un punching-ball. Il lui est demandé, tout à la fois, de dépenser son argent en débloquant son épargne salariale mais également d’épargner en vue d’aider les entreprises, les PME, le logement social, les monuments historiques, le cinéma, les territoires d’outre-mer…. De plus, il doit acquitter impôts et prélèvements afin de contribuer au rétablissement des comptes publics. Entre les changements incessants de fiscalité et la création de nouveaux produits, l’épargnant ne peut guère s’ennuyer à défaut de faire fortune. Jusqu’à maintenant, il a plutôt bien répondu aux stimuli des pouvoirs publics. En 2012, il a opté, à leur demande, pour le Livret A et le LDD, environ 50 milliards d’euros après le relèvement des plafonds. En 2013, il a, avec beaucoup de modération, répondu à la demande de déblocage de son épargne salariale et pour relancer la consommation, il pioche, depuis la fin de l’été, dans son Livret A. De même, il a été forcé de répondre présent en matière fiscale. Bonne nouvelle pour l’économie, l’épargnant a même repris le chemin de l’épargne longue avec le retour d’une collecte positive pour l’assurance-vie. Certes, il ne faut pas se prévaloir de comportements passés pour prédire l’avenir. En demandant toujours plus et trop aux épargnants, ils risquent de faire, un jour ou l’autre, la grève de l’épargne. En multipliant les incitations et les contre-incitations, certains risquent de se perdre et d’autres d’attendre des temps meilleurs. La stabilité et la simplicité sont les conditions au maintien d’un fort volant d’épargne dont tous les acteurs ont besoin quoi qu’on en dise.

M