L’Astuce

Relance de la compétitivité et de la croissance Francaise : Préconisations du FMI

par | Juin 4, 2013 | Actualités

Dans le cadre de sa mission de surveillance du système monétaire international, le FMI est tenu de suivre les politiques économiques et financières de ses 187 pays membres.  A cet égard il vient de rendre ses conclusion sur la Consultation 2013 relative à la France.   La France, dont le FMI énumère les nombreux atouts, doit toutefois pour renouer avec la croissance et la compétitivité,  poursuivre les efforts entrepris en matière d’assouplissement du marché du travail et d’assainissement budgétaire.
Les pouvoirs publics qui peuvent s’appuyer sur une situation financière des ménages et des entreprises relativement saine, un taux d’épargne des ménages élevé, une situation démographique positive et une infrastructure publique de grande qualité doivent aller au delà des  récentes réformes telles que celle de l’ANI et du crédit d’impôt compétitivité emploi.
Sur le plan de la consolidation budgétaire, le FMI pointe du doigt les risques de l’usage répétée aux mesures fiscales qui ont entamé la confiance des entreprises et des ménages et suggère une meilleur définition des dépenses qui devraient d’après ses prévisions être maintenus autour de 0,3% en terme réels jusqu’à l’obtention de l’objectif d’équilibre budgétaire structurel. A ce titre, elle met en exergue le coût excessif de la masse salariale du secteur public qui représente plus de 13 % du PIB soit 2 points de plus que la moyenne de l’ Union Européenne. Sont également épinglés les dépenses sociales, parmi les plus élevées de l’OCDE, dont le résultat en terme d’indicateurs sociaux semble rendre discutable l’efficience du modèle Français.
Le FMI rappelle enfin le rôle clé du secteur financier pour promouvoir la croissance qui doit s’appuyer sur une intermédiation efficace des ressources financières des épargnants vers les emprunteurs. Elle déplore de fait  » le détournement d’une partie importante de l’épargne des ménages vers les comptes d’épargne réglementés » considérant que ce choix politique va à l’encontre des objectifs réglementaires fixés par les autorités. Préconisant une plus grande souplesse dans la répartition entre les établissements financiers et la caisse des dépôts et consignation des fonds collectés, elle appelle par ailleurs de ses vœux une profonde réforme de la fiscalité des revenus financiers afin de privilégier une approche fondée sur la maturité et non sur les produits.
Consulter les conclusions du FMI

M