L’Astuce

Les jeunes actifs valident moins de trimestres que leurs aînés…

par | Mai 8, 2013 | Non classé

La durée d’assurance validée en début de carrière évolue en fonction des générations. Elle dépend de la scolarisation et de la conjoncture économique . Avant 30 ans, cette durée a augmenté jusqu’à la génération née en 1950, passant de 37,2 trimestres pour la génération 1942 à 41,6 trimestres pour celle de 1950. Pour ces générations espacées de 8 ans, la durée d’assurance validée par les femmes a augmenté de 18,3 % en raison de leur participation croissante au marché du travail, alors que cette hausse n’est que de 8 % pour les hommes. Pour les hommes, cette augmentation est en partie liée à un effet de composition : la proportion des personnes nées à l’étranger décroît entre les générations 1942 et 1950. Depuis la génération née en 1950, avec une entrée plus tardive sur le marché du travail, la durée d’assurance validée à 30 ans diminue passant de 39,8 trimestres pour la génération 1954 à 30,8 trimestres pour celle de 1974.
L’âge moyen de première validation de 4 trimestres la même année diminue. Lâge de fin de scolarité obligatoire porté à 16 ans à partir de la génération née en 1953 a modifié la répartition des trimestres avant 30 ans : 12 % des individus nés en 1950 ont validé plus de 60 trimestres à 30 ans, ce qui correspond à un début de carrière à 15 ans. Cette proportion est quasi nulle pour ceux nés en 1958. La poursuite des études après le baccalauréat pour les générations nées à partir de la fin des années 1960 a, quant à elle, entraîné une hausse de l’âge de fin d’études d’environ un an entre 1986 et 1996 pour se stabiliser autour de 21 ans. Ainsi, 28 % de la génération née en 1954 a validé entre 51 et 60 trimestres à 30 ans, contre seulement 6 % de la génération 1970. Ceci correspond à un début de carrière entre 15 et 17 ans. D’autre part, la réduction du nombre de trimestres validés à 30 ans traduit une plus grande difficulté d’insertion sur le marché du travail : les jeunes nés en 1950 n’étaient pas ou peu concernés par la montée du chômage au cours des années 1980 contrairement aux générations plus récentes.

M