L’Astuce

Conjoncture : le taux de croissance a atteint 1,7 % en France en 2011

par | Fév 15, 2012 | Actualités

La France n’est pas en récession et l’année s’est mieux terminée que prévu. En effet, selon l’INSEE, le PIB a progressé de 0,2 % au quatrième trimestre en volume après +0,3 % au troisième trimestre.
En moyenne annuelle, la croissance est de 1,7 % en 2011, après +1,4 % en 2010. Ce taux de croissance a été obtenu grâce aux bons résultats du premier trimestre qui a permis de compenser l’essoufflement du second semestre.
L’INSEE souligne que les dépenses de consommation des ménages ont faiblement progressé au dernier trimestre (+0,2 % après +0,3 %). en revanche et cela constitue un point positif, la formation brute de capital fixe (FBCF) s’est accru de 0,9 point contre 0,2 % au 3ème trimestre.
Au total, la demande intérieure finale (hors stocks) contribue de nouveau positivement à la croissance du PIB : +0,3 point après +0,2 point. Les exportations augmentent au même rythme qu’à l’été (+1,2 %). Les importations ont diminué de 1,2 % quand elles avaient progressé de 0,7 % au 3ème trimestre.
Le solde du commerce extérieur a donc contribué positivement à la croissance : +0,7 point après +0,1 point.
Néanmoins, les variations de stocks ont joué négativement avec un recul de 0,8 point contre une contribution neutre au trimestre précédent.
Selon l’INSEE, la hausse de la production de biens et services a augmenté de 0,4 % contre 0,3 %. La production s’est fortement accrue dans le secteur des matériels de transport (+4,6 % après –2,1 %), principalement aéronautiques, et en cokéfaction-raffinage (+3,9 % après –1,5 %).
La production a, en revanche, diminué dans les autres branches manufacturières et dans l’énergie-eau-déchets. En moyenne sur l’année, la production totale augmente de 2,2 % (après +1,6 % en 2010).
La consommation qui représente 80 % du PIB n’a augmenté que de 0,2 % au quatrième trimestre contre 0,3 % au troisième. Les dépenses d’énergie-eau-déchets ont diminué de 3,6 % après une augmentation de 5,7 % du fait du climat doux.
Les dépenses alimentaires ont poursuivi leur mouvement de baisse avec –0,1 % après –0,8 %).
Les achats d’automobiles ont progressé contre toute attente à la fin de l ‘année 2011.
En moyenne sur 2011, les dépenses de consommation des ménages n’ont que très faiblement augmenté de 0,3 % après +1,3 %) et contribuent simplement pour +0,1 point à la croissance du PIB. La croissance française n’est plus portée par la consommation.
Si la France a échappé à une contraction de son PIB, ce n’est pas le cas de 6 pays de la zone euro dont le PIB a reculé de 0,3 % pour le PIB au 4ème trimestre. L’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas sont en récession. le Portugal, Chypre et la Grèce également.
La croissance de la zone euro s’est élevé à 1,5%, sur 2011. La France a obtenu un meilleur résultat que la moyenne de la zone. Les Etats-Unis ont enregistré une progression de 0,6 % au 4ème trimestre et la Chien a obtenu un gain de 2 %. Pour l’ensemble de l’Union européenne, le PIB est aussi en recul fin 2011 (-0,3%) et la performance sur l’ensemble de l’année est proche de celle de la zone euro (+1,6% en 2011).

M