L’Astuce

La fin des pré-retraites est annoncée

par | Août 18, 2007 | Actualités

Le gouvernement de François Fillon entend dissuader les entreprises de recourir à la pratique des préretraites. Il « mettra la pression sur les entreprises pour qu’elles gardent leurs salariés jusqu’à l’âge de la retraite », avait prévenu, dès juin, François Fillon.

En cela, il reprend l’antienne présidentielle de « supprimer » les préretraites. La France est en la matière à la traine avec un taux d’activité des 55-64 ans, qui stagne toujours autour de 38 %, alors que le taux moyen au sein de l’Union européenne est de 45 % et qu’un objectif de 50 % a été fixé en 2010.

Plusieurs pistes ont été évoquées comme la suppression de la prolongation de 2010 à 2014, adoptée en 2006, de la possibilité pour les employeurs de mettre d’office à la retraite (contre son gré) tout salarié âgé de 60 à 65 ans et ayant suffisamment cotisé .

Le Gouvernement souhait égelement dissuader les préretraites maison. Malgré l’instauration d’une contribution spéciale, le entreprises continuent à recourir à cette formule pour ajuster leurs effectifs.

Cette contribution spécifique, qui apparaît dans les comptes du Fonds de solidarité vieillesse (FSV), ne rapporte que 50 millions d’euros par an et concernerait moins de 10.000 personnes. dans les faits, les chiffres seraient plus élevés. Le Gouvernement souhaiterait à la fois élargir l’assiette de la contribution afin que toutes les préretraites maison en cours soient visées, mais aussi relever son taux. La taxation à hauteur de 23,85 % – un taux correspondant à la somme de l’ensemble des cotisations de retraite et de retraite complémentaire – ne semble pas suffisamment dissuasive. De fait, les cotisations patronales sur les salaires atteignent 45 %.

M