L’Astuce

10 octobre 2006 : Les femmes et la retraite, la parité est encore un rêve

par | Oct 10, 2006 | Actualités


  • Twitter
Les pensions dont bénéficient les femmes au moment de leur retraite sont plus faibles que les hommes pour trois raisons : le travail à temps partiel, les arrêts maternité et les salaires moindres en cours de carrière, selon un sondage Ipsos. Une majorité de Français (63%), hommes et femmes confondus, estiment que la situation financière des femmes retraitées est moins bonne que celle des hommes. Les femmes sont encore plus nombreuses à juger que leur situation sera plus précaire que celle des hommes, 79% des moins de 35 ans et 91% des plus de 35 ans.

Trois raisons sont avancées par les femmes interrogées :

-
  • Twitter
le travail à temps partiel, les arrêts maternité et les salaires moindres en cours de carrière. 80% des femmes pensent que beaucoup d’entre elles dépendront financièrement de leur conjoint après la cessation d’activité et se retrouveront en situation précaire en cas de séparation ou de décès du conjoint. 34% des femmes retraitées qui n’avaient pas de difficultés financières avant la retraite indiquent en avoir eu une fois leur vie active terminée.

Un système jugé inégalitaire
Cette situation engendre un fort sentiment d’inquiétude : 84% des femmes, contre 73% des hommes, sont inquiètes pour leur avenir, un pourcentage qui monte à 92% pour les femmes ayant un ou plusieurs enfants à charge. Le sentiment d’un système inégalitaire et de disparités entre les hommes et les femmes est partagé par tous, puisque 59% des hommes en ont conscience, et 72% des femmes. Pour la majorité des sondés, c’est toujours la maternité qui détermine les différences entre hommes et femmes face au monde du travail.

Le manque d’information sur la retraite et la méconnaissance du sujet accroissent l’inquiétude. Les deux tiers des femmes se disent mal informées et 75% sont en demande d’informations susceptibles de les aider à mieux préparer leur retraite. 78% des femmes non retraitées assurent ne pas avoir d’idée précise des ressources dont elles disposeront à l’arrêt de leur vie active et bien peu épargnent en conséquence. 50% des femmes interrogées épargnent moins de 750 euros par an. (avec l’AFP)

*sondage réalisé auprès de 1015 personnes, dont 528 femmes, 487 hommes, 245 retraités, selon la méthode des quotas, en juin 2006

M