L’Astuce

8 juin 2006 : 2 millions de PERP à la fin de l’année

par | Juin 8, 2006 | Actualités


  • Twitter
Le PERP continue son bonhomme de chemin. Même si un tassement dans les souscriptions est constaté, son taux de détention progresse. 10 % des salariés ont ouvert un PERP. Les critiques, les sarcasmes de toute nature n’ont pas découragé 1,7 million de Français de prendre un PERP.

Plus de 1,7 million de Perp, pour un encours de 1,5 milliard d’euros, étaient en vigueur au 31 mars 2006. Le cap des 2 millions de contrats devrait être franchi d’ici à décembre, mais l’encours moyen par plan n’est que de 810 euros.

Au cours de l’année 2005, 446.000 nouveaux plans d’épargne retraite populaires (Perp) ont été souscrits par les particuliers auprès des sociétés d’assurances, soit à fin décembre 2005, 1.670.000 plans ouverts. Au cours du premier trimestre 2006, on comptabilisait 71.000 nouveaux plans souscrits portant à 1.737.000 le nombre de plans en cours au 31 mars 2006. L’ensemble des provisions mathématiques des Perp dépassait 1,5 milliard d’euros au 31 mars (+ 16 % par rapport à la fin de l’année 2005). De quoi laisser présager que le nombre total des Perp pourrait dépasser les deux millions de contrats à la fin 2006.

Avec un taux de détention de près de 10% de la population des salariés fin 2005, le PERP connaît la même évolution que les contrats madelin il y a dix ans.

98% sont de type « épargne convertie en rente »

La quasi-totalité des Perp commercialisés (98% des plans) sont des contrats de type « épargne convertie en rente », dans lesquels la phase d’épargne est similaire à celle des contrats d’assurance vie classiques ou des contrats de retraite Madelin.

Six sociétés commercialisent des contrats de type « rentes viagères différées » et trois des contrats « en unités de rentes ». Une société propose un contrat exprimé en « euros diversifiés ».

La répartition des plans ouverts par type de contrats est la suivante :

Contrats d’épargne convertie en rente : 98,3%
Contrats en unités de rentes : 1,4% Contrats de rentes viagères différées : 0,3%

Fin décembre 2005, plus de la moitié des plans en cours (51 %) étaient à cotisations périodiques ou à versements programmés (les autres plans sont à versements libres).

En 2005, 25 % des cotisations versées sur les contrats d’« épargne convertie en rente » de type « multisupports » ont été investies sur des supports en unité de compte (contre 20% en 2004). Les 75% restants ont choisi des supports en euros.

L’ensemble des cotisations versées sur les Perp en cours s’élevait à 851 millions d’euros pour l’année 2005, une progression de 69% par rapport à 2004. A noter que décembre apparaît comme le mois de plus forte collecte, représentant plus du quart des cotisations de l’année (26% en 2005 et 32% en 2004). L’incitation fiscale liée au Perp explique en grande partie cet effet volume en fin d’année. L’encours moyen a doublé en 2005 par rapport à la fin de l’année 2004 à 810 euros (400 euros fin décembre 2004).
Parmi les Perp en cours fin décembre 2005, près de 60% ont un montant d’encours inférieur à 500 euros, 17% ont un montant d’encours supérieur à 1.000 euros et 9% un montant d’encours supérieur à 2.000 euros.

L’âge moyen des détenteurs de Perp est de 41 ans. Fin décembre 2005, près de la moitié des détenteurs de Perp ont moins de 40 ans et 19% ont moins de 30 ans. 22% des plans ont un détenteur âgé de 50 ans à 59 ans et 2% un adhérent âgé de 60 ans ou plus. Ce sont les détenteurs de plus de 50 ans qui ont les Perp les plus importants : 51% de leurs plans ont un encours supérieur à 2.000 euros.
Sur l’ensemble des Perp en cours fin décembre 2005, 83% des plans ont été souscrits principalement auprès des réseaux bancaires (17% par les réseaux d’assurances).

M