L’Astuce

Dec 05 : « le casse tête des retraites », une étude de l’OCDE sur le financement des retraites

par | Déc 16, 2005 | Actualités


  • Twitter

L’OCDE a réalisé une étude sur la question du financement des retraites en prenant en compte le montant comparé des engagements dans les différents Etats membres. Ainsi, il esn ressort que la France a à l’encontre de ses futurs retraités des engagements d’autant plus élevés que l’âge de la retraite est bas et que la durée de vie est élevée. Au Luxembourg, c’est le montant des pensions qui pèse lourdement sur les comptes publics. Pour cette étude, l’OCDE a mis au point un cadre nouveau pour évaluer ces impacts. Les prestations de retraite font l’objet de projections pour des travailleurs à différents niveaux de revenus, couvrant tous les régimes obligatoires de retraite pour les salariés du secteur privé, y compris les retraites minimum, les régimes de base et les pensions sous condition de ressources, les programmes liés aux salaires et les régimes à cotisations définies. Pour la première fois, ces projections prennent aussi en compte les effets de l’impôt sur le revenu et des cotisations de sécurité sociale sur le niveau de vie pendant la vie active et à la retraite

Dans les pays de l’OCDE, les revenus moyens peuvent s’attendre à une retraite après impôts d’un peu moins de 70 % de leurs gains après impôts. Même les pays qui versent les prestations les plus basses par rapport aux gains (le Royaume-Uni et les États-Unis) ont un taux de remplacement net d’environ 50 % des gains moyens. Les titulaires de revenus élevés, percevant le double du revenu moyen, reçoivent moins de 60 % nets. Ce qui signifie qu’en moyenne, les travailleurs ayant effectué une carrière complète qui perçoivent des revenus moyens élevés peuvent s’attendre à toucher une pension convenable, considérant que les retraités n’ont pas à couvrir certaines dépenses liées au travail et que beaucoup d’entre eux sont propriétaires de leur logement.

pour lire la suite de l’étude
M